La motivation des salariés diminue… encore !

Malakof Médéric vient de publier son étude annuelle sur l’engagement des salariés. Depuis 2009, il ne cesse de s’éroder. Un salarié sur cinq dit ‘’faire de la présence au travail’’, soit 19 % contre 9 % en 2009. Il s’accentue chez les moins de 30 ans. Le sentiment d’autonomie décroit également pour toutes les populations. Il est associé à des sentiments de perte de sens, de mal être. Cette démotivation est encore plus forte dans les entreprises de moins de 500 collaborateurs.

Que d’énergie perdue !!!

Et l’on en connaît les conséquences. En effet, la désimplication augmente l’absentéisme et le turn over. Il réduit les performances et détériore le climat social. C’est le terreau des tensions internes et des accidents du travail…

Que faire pour redonner de l’envie ?

Lorsque, dans notre pratique d’audit, nous sommes amenés à auditer les organisations sur leur capital humain, nous posons quelques questions simples.

Le processus de recrutement et d’évolution interne tient-il compte des motivations et de la personnalité des candidats ?

Les compétences individuelles sont-elles identifiées, tracées, reconnues… ?

Les collaborateurs peuvent-ils rapidement et facilement accéder à de l’acquisition de compétences ?

Existe-il un processus d’analyse, de développement et d’historisation des compétences ?

Lorsqu’un collaborateur rencontre des difficultés, va-t-il facilement et rapidement recevoir de l’aide ?

Existe-il des filières de carrière autres que celle du management ? Ces filières sont-elles identifiées et communiquées aux collaborateurs ? Ont-ils les clés de leur propre évolution ?

Quelles sont les pratiques en matière de reconnaissance des efforts et des résultats ?

La satisfaction des salariés est-elle mesurée de manière périodique ? Leurs aspirations connues et traitées ?

Les collaborateurs ont-ils de la visibilité sur leur organisation, son évolution, ses perspectives… ?

Existe-il un support de communication interne permettant d’informer sur l’entreprise, d’apporter des réponses sur son avenir. Il faut également faire rêver, développer les identifications positives facteur d’implication : de belles histoires d’évolution personnelle, de réussite individuelle ou collective y sont-elles racontées ?

A toutes ces questions nous apportons des réponses opérationnelles qui au final font performer les collaborateurs et leur organisation.

Lu 346 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.